Le budget ordinaire 2017

Voté par le Conseil communal le 15 décembre

Le budget ordinaire 2017 de la ville de Fontaine-l’Evêque a été voté par le Conseil communal le 15 décembre. Il présente un résultat positif à l'exercice propre de 39.187 €.


Les dépenses du CPAS et de la Police qui, rappelons-le, ont été refinancés depuis 2013, semblent enfin maîtrisées, de même que la dépense pour la zone incendie qui restera identique à celle de 2016.
Concernant l’incertitude de certaines recettes (Impôt des personnes physiques, additionnels au précompte immobilier, fonds des communes), la ville reste dépendante des autres niveaux de pouvoir mais, si les prévisions annoncées sont correctes, le compte 2017 devrait rester en équilibre.
Pour donner un ordre de grandeur, le budget annuel de la ville correspond à un montant avoisinant aujourd’hui les 21.300.000 euros.
Les dépenses de fonctionnement sont en augmentation de 13%. Ces dépenses ont été maîtrisées durant 4 années mais ont dû être augmentées en reconsidérant la réalité des besoins 2017. Nul doute que certains postes devront faire l’objet d’un ajustement lors de la prochaine modification budgétaire. Ces frais de fonctionnement représentent 12%  des dépenses du budget annuel.  Ils incluent notamment la création d’un Conseil communal des enfants et la location d’un car permettant aux enfants de retourner à la natation quand le bassin d’Anderlues sera ré-ouvert.
En ce qui concerne les dépenses de personnel, elles n'ont pas été indexées mais incluent les augmentations barémiques conformément à ce que prévoit la circulaire budgétaire de la Région wallonne. Les dépenses de personnel représentent  40% des dépenses du budget. Il est important de préciser que la ville, contrairement à de nombreuses autres communes, n’a jamais licencié aucun agent pour des raisons
budgétaires et ce, depuis le début de la législature. Le personnel peut donc être rassuré. Le Collège prévoit notamment le recrutement d’un agent constatateur supplémentaire pour mieux lutter contre les incivilités. Les engagements d’un archiviste, d’un maçon et d’un chauffeur sont également budgétés.
Les dépenses de transfert couvrent 37%  des dépenses. Elles sont en augmentation de 3,1%  par rapport à 2016. La dotation à la zone de police s’élève à 2.116.999 €.
Elle se base sur la dotation initiale 2016 à laquelle s’ajoute l’index (2%) du 1/7/2016. La dotation pour la zone de secours (service incendie) s’élève à 952.753 € et reste inchangée par rapport à 2016.
Le CPAS profitera d’un apport communal majoré de 1% par rapport à la dernière modification budgétaire de 2016. Le nombre de personnes bénéficiant du revenu d’intégration sociale (RIS) avait diminué grâce à une politique de remise au travail (articles 60) mais ce nombre repart à la hausse en raison de personnes exclues des allocations de mutuelle (499 RIS fin 2016). Les villes et communes (et donc leurs citoyens) paient très cher les mesures du Gouvernement fédéral !
Enfin, les dépenses de dettes reprennent les charges d'emprunts (intérêts et amortissement). Elles représentent 11% des dépenses du budget annuel.
Les recettes concernant la dotation du Fonds des communes, l'impôt des personnes physiques (IPP) et les additionnels au précompte immobilier ont été inscrites en fonction des prévisions transmises par les diverses administrations concernées.
Elles semblent plus optimistes qu’en 2014 et 2015.
Notons le maintien des subventions aux différentes associations et groupements de l’entité et profitons de l’occasion pour rappeler que les dossiers seront à rentrer pour le 30/06/2017 au plus tard pour être recevables.
La dotation communale au centre culturel, aux fabriques d’église et à la maison de la laïcité restent inchangées.
En ce qui concerne les taxes : elles ne seront pas augmentées en 2017. La taxe sur les déchets, généralement impopulaire mais indispensable pour compenser le coût de l’enlèvement et du traitement des immondices, sera simplement indexée (suite à l’index de 2% du 1er juillet 2016). Le coût « vérité » sera de 97%, ce qui signifie que la ville prendra à sa charge 3% des dépenses sans les répercuter sur les citoyens. Soulignons cependant que les fontainois, filamarchois et leernois ne trient pas assez leurs déchets. Beaucoup trop d’immondices se retrouvent dans les sacs blancs au lieu d’être déposés dans les parcs à conteneurs. Conséquence : une facture salée de l’ICDI se répercutant sur la taxe forfaitaire. Et ne parlons pas des dépôts sauvages dont la facture du ramassage et de l’évacuation se retrouve aussi dans le coût du service (une quarantaine de PV ont été dressés aux pollueurs en 2016).
Au niveau des investissements, citons entre autres la maintenance du château communal, la sécurisation des bâtiments communaux , la réfection des abords pavés du Château Bivort, l’aménagement de la salle Matagne, la démolition du petit pavillon sur la plaine du château, la maintenance des autres pavillons qui sont utilisés par des groupements , le remplacement de la cabine électrique haute tension au service des Travaux pour de la basse tension, l’aménagement du rond-point Place Cornille et de celui de la place des Mays.
Une prévision de 200.000 € concerne l’entretien ordinaire de voiries. A cela s’ajoute le Plan d'investissement Communal (600.000 €) dont les rues restent à déterminer, ainsi que l’achat de mobilier urbain et/ou d'éléments de sécurité.
Citons encore pour le service des travaux la prévision d’achat de camionnettes, d'un camion porte-conteneurs et l’achat d'une grue sur chenilles caoutchouc.
Attendu par de nombreux citoyens, relevons la phase 2 pour l’étude de l’aménagement du « parking » Don Bosco, la suite de la modernisation de l’éclairage public, la sécurisation des écoles, le remplacement des châssis à l’école du Boulevard du Nord et la  maintenance de l’école des Trieux.
Pour les terrains de Football, si l’éclairage de celui de Fontaine a été budgété en 2016 (dossier en cours), celui de Forchies-la-Marche fera l’objet d’une maintenance de son éclairage en 2017.
60.000 € sont prévus pour la mise en conformité des installations dans les salles omnisports, lesquelles bénéficieront d’une nouvelle machine de nettoyage.
Le Collège communal prévoit également la maintenance du gazomètre (30.000 €)
Le parc de transit continuera son aménagement et il est prévu un curage et un entretien du bassin d'orage Rue de l'Athénée afin d’éviter les inondations,
notamment au bas de la Grand Rue en cas d’orage violent.
Citons enfin une remise en conformité des cimetières et l’achat de matériel pour le service propreté, parcs et jardins (tracteur- tondeuse autoportée, petit outillage).
Bien entendu, pour tous ces investissements, la commune tâche d’obtenir des subventions chaque fois que possible afin de réduire l’utilisation de fonds propres ou d’éviter de recourir à l’emprunt.
Ainsi, 3.796.907 € restent prévus pour le projet St Vaast/Le Cercle. Pour rappel, ce projet de grande ampleur lancé depuis plusieurs années permettrait de dynamiser le centre-ville et d’améliorer le cadre de vie de ses citoyens. Il est prévu d’aménager l’église Saint-Vaast en salle culturelle, de créer des appartements et une surface
commerciale…. Cependant, selon un fonctionnaire qui gère désormais ce dossier à la Région wallonne, certains aménagements ne peuvent pas être financés dans l’enveloppe SAR (site à réaménager). Aujourd’hui, ce fonctionnaire refuse la construction d’un escalier pour aller aux appartements prévus au-dessus du café « le Cercle », la construction du local technique derrière l’église… Bref, de nombreux aménagements qui représentent du coup une dépense supplémentaire de 700.000 euros à débourser sur fonds propres, ce qui impossible pour la ville.
En attendant, le projet Saint-Vaast est bloqué alors qu’il y a urgence. Le toit de l’église Saint-Vaast menace d’ailleurs de s’effondrer. Si aucune solution n’est trouvée rapidement, le Collège entend simplement démolir ce qu’il y a à démolir afin d’assainir le site.
Pour conclure, c’est un budget réaliste et responsable qui a été voté le jeudi 15 décembre 2016 par le Conseil communal de Fontaine-l’Evêque avec 13 voix « pour »
(PS) et 10 abstentions (MR-CDH et Vous+).

Philippe D’HOLLANDER,
Echevin des Finances et de la Fonction publique

Actions sur le document